Séjour février 2018 Traces de vie piste de loup

Une semaine en immersion dans le pays du loup.
Nous étions deux, Jackie et moi, à vivre cette semaine guidée par Marc Linares dans le territoire
entre la Motte du Caire, Turriers, Bayons et d’autres petits villages nichés dans les Monges.
J’ai été heureux de suivre ces pistes, de lire les traces que nous avaient laissées toute la grande faune
des montagnes de ces Hautes Terres de Provence, de vivre des instants nocturnes dans ces vallons
sauvages.
Sauvage, c’est le qualificatif qui me vient tout de suite quand je repense à ces jours sans rencontrer
un seul randonneur, sur les crêtes ou le long des torrents.
Je garde en mémoire les mouflons rassemblés sur les pentes, les chamois accrochés au barres
colorées, les becs-croisés au sommet d’un pin ou le couple d’aigles tournant autour d’un piton sur un
ciel d’azur…
Et même si Canis Lupus n’a pas répondu aux hurlements de Marc partout où il savait que le
prédateur pourrait passer, j’ai aimé ces sorties nocturnes sous un ciel piqueté d’étoiles. Marcher dans
la montagne où le loup marche, c’est déjà ça!
Quand on est sur sa piste, devant ses laissées ou lesrestes d’un chevreuil, on ne peut que laisser aller
son imagination et rêver en pensant qu’il estpassé…qu’il est peut-être là…
Une belle image encore que celle de ce troupeau apparaissant sur une crête, encadré par quatre
chiens de protection, symbolisant la place de l’élevage dans ces montagnes.
Découvrir une telle région avec quelqu’un qui l’aime et la connaît jusque dans ses sentiers les plus
secrets, c’est du bonheur!
 S.G.
Auteur de l article marc